plus plus
exit exit

Les Chimoutons

Les Chimoutons


Maître d’œuvre : DECHELETTE ARCHITECTURE / BLATTER DAUPHINE ARCHITECTURE


Maître d’ouvrage : Logemloiret


Budget : 4 M euros TTC


Surface : 15 000 m2


Concours


2017


Le quartier des Chimoutons, situé à Saran, en périphérie de la ville d’Orléans, fait aujourd’hui l’objet d’un concours visant à moderniser l’ensemble du site.

Ce site bénéficie d’un emplacement prisé par les promoteurs car il se trouve entre une zone d’activité importante, d’un bourg aux allures de village, une zone pavillonnaire, un pôle hospitalier et se trouve proche des voies d’accès rapides.

Cependant, les bâtiments existants datant de 1977 sont dans un état de vétusté avancé, dépourvus d’isolation extérieure et leurs abords directs sont bafoués par les places de stationnements qui entravent le potentiel paysager du site.

Un concours lancé par LogemLoiret vise à la réhabilitation énergétique et esthétique de l’ensemble des façades ainsi qu’à la requalification des espaces extérieurs afin d’améliorer la qualité de vie des habitants.

Cet ensemble de petits immeubles collectifs comprend 126 logements sociaux, répartis dans 10 bâtiments sur un site de 3,5 hectares.

Le site est divisé en deux typologies de bâtiments :

La zone Ouest est composée de petites barres d’immeubles en R+4 avec une toiture à deux pentes. La zone Est semble plutôt adopter une typologie propre au pavillonnaire avec des petits immeubles en R+1 ou R+2 aux allures de maisons.

Le quartier d’origine et actuel reflète la vision de l’urbanisme des années 70, inspirée du modèle des grands ensembles, appliqué à l’échelle pavillonnaire de la ville de Saran.

Un ensemble froid et monotone où le manque d’intimité et de personnalisation des espaces communs crée une désertification de ceux-ci. Les espaces verts ne sont pas optimisés et les petits balconnets devant les séjours font office de rangements plutôt que de lieux de vie.

Notre parti pris a été de conserver les routes existantes nécessaires à la desserte du site, afin d’être dans une démarche de végétalisation plutôt que d’artificialisation de nouveaux espaces.