MAISON ECO

  • Construction d’une maison écologique
  • Paris 75014
  • 2017

Maître d’œuvre : Déchelette Architecture
Maître d’ouvrage : NC Client privé
Budget : 1 M d’euros TTC

Surface : 450 m2 de plancher
Etudes : Permis de construire
BET structure : Carriere Didier Gazeau

Notre projet se trouve au Sud de Paris intra-muros, dans une ruelle pavée où se trouve un ensemble de maisons de ville.

La parcelle, d’une centaine de mètres carrés, accueille aujourd’hui une maison du début du XXème siècle. Nous avons d’abord pensé à une réhabilitation avec surélévation. Cependant, face à une parcelle profonde et enclavée, la maison souffre d’un déficit lumineux et d’une ossature trop fragile pour envisager une simple restauration.

Nous avons alors décidé de reconstruire une maison neuve afin qu’elle puisse répondre aux besoins spatiaux du client mais aussi aux exigences bioclimatiques d’une maison à basse consommation d’énergie.

La difficulté du projet était de créer de nouveaux apports lumineux tout en optimisant la superficie du projet. Nous avons alors développé un jeu de failles lumineuses de double hauteur et de grandes baies vitrées pour récupérer
le plus de lumière directe et naturelle. Toujours dans cette optique, en limite de propriété, nous faisons usage de pavés de verre.

Le maître d’ouvrage soucieux de l’environnement et du réchauffement climatique souhaite une maison exemplaire écologiquement.

Pour y répondre, nous valorisons une étude poussée de l’organisation des pièces, de l’apport solaire, et du circuit de ventilation naturelle afin de régler au maximum, avec des moyens naturels et vertueux, la question essentielle de l’écologie architecturale.

Par ailleurs, nous valorisons les matériaux naturels, durables et locaux, aux caractéristiques thermiques irréprochables.

Nous envisageons d’équiper la maison de stratégies de stockage d’énergie tel que les panneaux solaires, eux-mêmes munis de batteries Tesla qui absorbent et conservent l’énergie restante. Nous continuons d’étudier la possibilité d’une cuve
de récupération des eaux de pluies qui, reliée à un circuit secondaire, permettrait d’alimenter les WC, les machines à laver, et d’être utilisée pour l’arrosage des plantes en toiture, économisant ainsi 45%  de consommation d’eau.

Enfin, la propriétaire, sensibilisée par le circuit court est désireuse de produire ses propres légumes et  souhaite une toiture entièrement végétalisée avec des plantes potagères et une serre aquaponique.